Le petit mot de Nathalie

Mes références

Mon parti pris concernant l’Apprentissage se base sur l’enseignement explicite, terme apparu dans deux textes d’importance : le référentiel de l’éducation prioritaire et le programme de l’école maternelle de 2015. Ce dernier pose pour la première fois la nécessité d’enseigner explicitement pour permettre à tous les élèves d’accéder aux apprentissages particulièrement pour ceux qui sont les plus fragiles scolairement.

Pour comprendre ce que l’on entend par enseignement explicite et la manière de procéder concrètement en classe , je vous invite à cliquer ici . Je m’inspire des travaux de Sylvie CEBE (voir vidéos ici) et du dossier ressource intitulé « Enseigner plus explicitement » publié par le centre IFE Alain SAVARY ici

Outiller les élèves dès la maternelle est un enjeu majeur pour les rendre autonomes intellectuellement. Les enseignants ont tendance à se préoccuper en premier lieu, et parfois trop exclusivement de l’autonomie physique et affective plutôt que de l’autonomie intellectuelle. Or celle-ci est première dans les objectifs à atteindre. L’enseignement explicite développe les compétences cognitives des élèves et les aide à acquérir progressivement cette autonomie intellectuelle.

Ma démarche pédagogique

Elle s’appuie sur :

  • Les directives du programme en mettant l’accent sur la bienveillance et l’évaluation positive.
  • Sur les recherches en neurosciences et en particulier sur les travaux de Catherine GUEGUEN spécialiste des neurosciences affectives et auteure de l’ouvrage Pour une enfance heureuse (voir vidéo : Les émotions ont- elles leur place à l’école ? ici) mais aussi ceux de Daniel SIEGEL, neuroscientifique spécialisé dans le cerveau de l’enfant. Ce dernier a conçu un modèle des étages du cerveau similaire à celui d’une maison pour expliquer comment fonctionne le cerveau des enfants et permettre aux adultes de mieux les comprendre et les accompagner ici .

Je m’inspire également de la démarche de Maria MONTESSORI en proposant des ateliers autonomes individuels et de Céline ALVAREZ à travers son ouvrage Les lois naturelles de l’enfant dans lequel elle relate son expérience dans une école située en REP. Voir vidéos ici

Cela m’a incité à modifier l’aménagement de ma classe en supprimant une table de travail (table hexagonale pour un groupe d’élèves), en mettant à disposition des enfants des tapis individuels, en leur laissant le libre choix et en les laissant circuler plus librement.

J’ai établi une réelle relation de bienveillance, de confiance, d’étroite collaboration et de complicité avec Carmen, mon ATSEM avec qui nous formons une équipe soudée.  Cela nous permet d’accueillir les enfants, les parents mais aussi les professeurs d’école stagiaire (Laetitia cette année) avec bienveillance dans un cadre structuré et structurant.

Mon confinement de maîtresse

J’enseigne à des enfants de 3- 4 ans dont, pour la plupart, la langue maternelle n’est pas le français. Les parents entretiennent souvent une relation de méfiance envers l’école peut-être parce -qu’ils ont été eux-mêmes en difficulté lorsqu’ils étaient élèves mais ils attendent aussi beaucoup des enseignants à qui ils confient leurs enfants.

Pendant le confinement

Etablir une relation de confiance avec les élèves mais aussi les parents est fondamental pour impliquer ces derniers dans les apprentissages de leurs enfants. La période de confinement a permis de renforcer ce lien. Il s’est agi d’encourager les enfants, de les féliciter et de valoriser leurs réussites au regard des vidéos envoyées. Mais aussi d’encourager leurs parents, leur donner des conseils bienveillants en explicitant ma démarche pour leur permettre de la comprendre et d’y adhérer.

Un exemple : Une maman envoyait tous les jours des vidéos de sa petite fille entrain de réaliser les activités journalières. Une élève de moyenne section très sérieuse et intéressée. La mère, dans toutes les vidéos, demandait à sa fille de faire vite : « dépêche-toi ! ». J’ai donc appelé la maman pour lui expliquer qu’il fallait laisser le temps nécessaire à sa fille pour s’exercer, essayer, recommencer, tâtonner. Ne pas la « bousculer » en lui demandant de faire vite. Je l’ai aussi rassuré sur le fait que je comprenais que c’était par souci de réduire le temps des vidéos qu’elle procédait ainsi. Je lui ai conseillé de segmenter les vidéos ce qu’elle a fait par la suite permettant à sa fille de réaliser les tâches à son rythme.

Il y a une nécessaire vigilance quant aux pratiques éducatives des parents et en particulier des mères qui influent sur la manière dont elles guident et contrôlent l’activité des enfants. Leur guidage est centré sur le résultat, l’objectif de réussir, d’en finir au plus vite. Lire l’article de F. Cuisinier ici

Mon bilan :

Ce que j’ai appris du confinement, c’est que ce guidage pédagogique des parents basé sur une relation de confiance et de bienveillance doit être initié et/ou renforcé à la rentrée prochaine quelles que soient les conditions de reprise de l’école !

Il sera donc primordial que j’explicite clairement ma démarche en mettant l’accent sur les points-clés :

  • Le droit de se tromper pour apprendre
  • l’étayage de l’adulte qui encourage et valorise les tentatives
  • les échanges parents/enfants pour développer des compétences langagières hors cadre scolaire.

Le petit mot de Laetitia

Mes références

En reconversion professionnelle, je me suis dirigée vers l’enseignement suite à des rencontres avec les enseignants de mes enfants. Certaines négatives car mon fils étant un cas particulier, il avait été clairement rejeté par des enseignants. D’autres rencontres, plus nombreuses, ont été très positives car elles m’ont montré qu’on pouvait individualiser les parcours en maintenant l’harmonie du groupe. En préparant le concours, j’ai beaucoup lu et j’ai été forcément influencé par les grands pédagogues de J. Piaget à A. Adler en passant par M. Montessori. Mais aussi des auteurs tels que A. Akoun et I. Pailleau (apprendre autrement avec la pédagogie positive), des pédiatres comme C. Guéguen (heureux d’apprendre à l’école) ou des enseignants tels que C. Alvarez (les lois naturelles de l’enfant), dans le respect des programmes officiels.

Depuis septembre, Nathalie et Carmen sont devenues des références et la réflexion nécessaire sur mes premières pratiques pédagogiques pendant l’année universitaire m’ont fait découvrir d’autres références. Je me suis beaucoup intéressée aux neurosciences, à la plasticité cérébrale notamment et à la gestion des émotions à travers les travaux de D. Siegel.

Ma démarche pédagogique

Elle nécessite encore beaucoup de réflexion ! Mais cette année en maternelle a achevé de me convaincre que le travail individuel derrière un bureau 6 heures par jour ne me correspond pas. Je suis persuadée que la prise en compte des intelligences multiples, le travail collaboratif ou les principes de la classe flexible sont des leviers essentiels au développement de l’autonomie intellectuelle des élèves. Cette autonomie me semble préalable aux apprentissages car s’ils ne voient pas la nécessité des apprentissages, comment motiver des élèves à apprendre ? D’autant que j’ai toujours préféré convaincre qu’exiger. J’aime aussi l’approche Cœur-tête-corps développée par la pédagogie positive, alors j’inclus des séances de méditation dans mes journées. Alors non, je n’ai pas de recette de pédagogie, je vais devoir encore « cuisiner » dans les années à venir.

Mon confinement de maitresse

Il serait redondant d’émettre les mêmes constats que Nathalie. Nous communiquons énormément et arrivons aux mêmes constats. Nous avons aussi les mêmes interrogations sur l’année à venir car ce confinement nous aura obligées à modifier nos pratiques. Repenser nos pratiques pendant le confinement nous a permis d’envisager aussi différemment le retour en classe. Nous en avons profité pour continuer à nous former et nous informer pour rendre nos élèves plus sereins face aux apprentissages

One Reply to “Petite touche de pédagogie, les petits mots de Nathalie et Laetitia”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.